News
October 5, 2017
Notre réponse au récent article dans Le Monde concernant les « Monsanto papers »

L’article sensationnaliste et trompeur paru sur Le Monde et lemonde.fr, à propos de Monsanto, nous interpelle. Cet article relaie de fausses allégations – initialement publiées par des médias américains – sur notre entreprise, nos collaborateurs et notre engagement avec la communauté scientifique au sens large.

Cet article met en avant certains documents, complètement sortis de leur contexte, dans le but de relayer des informations erronées sur des scientifiques Monsanto et leurs implications dans une relecture avant publication de revues scientifiques. Ces publications ont été conduites et rédigées par des experts tiers pour synthétiser, évaluer et présenter les données sur l’herbicide glyphosate dans un format ouvert au public. Pour être clair : ces allégations ne sont pas fondées. Dans la situation où des scientifiques Monsanto ont pu être impliqués pour aider à la rédaction de ces documents, leur participation était complètement appropriée, circonscrite et clairement énoncée.

A propos des contrats cadres, nous sommes engagés à développer de nouvelles solutions pour aider nos clients agricoles à produire de manière plus durable en utilisant moins de ressources. Pour accomplir ce travail, nous avons parfois besoin de nous adjoindre des compétences d’experts externes à notre entreprise, capables d’analyser les données ou de nous conseiller sur des questions scientifiques complexes. Dans ces cas, nous pouvons être amenés à signer des contrats de conseil avec des scientifiques indépendants. Ces contrats sont élaborés en parfaite conformité avec toutes les réglementations / législations applicables.

Nous tenons par ailleurs à souligner que les autorités réglementaires européennes, y compris l’EFSA et le BfR allemand (équivalent de l’ANSES en Allemagne), ont affirmé à diverses reprises que ces revues de la littérature scientifique ne constituent pas la base de leurs conclusions selon lesquelles le glyphosate est sûr.

De nombreuses sociétés produisent et vendent des produits à base de glyphosate en Europe et dans le monde. Les agriculteurs européens comptent sur le glyphosate pour cultiver des denrées alimentaires de manière durable, préserver la qualité du sol et réduire les émissions de carbone en évitant un labour intensif. Il est regrettable que le Monde choisisse de relayer des allégations sans fondement sur notre entreprise plutôt que d’explorer les enjeux agricoles en France et en Europe, comme par exemple la diversité des modèles agricoles qui peuvent aider à préserver les sols et ainsi contribuer à l’accomplissement des objectifs de la COP21.

JOIN THE DISCUSSION

Your email address will not be published. Required fields are marked *