Reality-Check
November 25, 2014
Triomphe de la démocratie or triumph of public relations spin?

Triumph of democracy – or triumph of PR spin?

Earlier this month, Pervenche Berès, a French Socialist member of the European Parliament, issued a press release with a headline that would be funny if it weren’t so sadly misguided: “La démocratie contre Monsanto” or “Democracy against Monsanto.”

The ostensible motive for this attention-seeking headline was a vote in the Parliament’s Environment Committee amending a proposal by the European Commission to change the rules regarding approvals for the cultivation of genetically modified (GM) crops in Europe. The proposal would give individual European Union (EU) member states a “license to ban” GM crop cultivation within their national borders for whatever reason strikes their fancy even if the European Food Safety Authority and other scientific authorities have determined that the crop in question is perfectly safe. The implication of the Socialist MEP’s headline was that Monsanto was lobbying strongly to ease the cultivation of GM crops in Europe. This is a message actively disseminated by several non-governmental organisations over the past several months. This doesn’t, alas, make it true.

Apparently the French Socialist Group in Parliament didn’t bother to read any of our multiple public announcements over the past year to the effect that our business in Europe is 99% conventional or traditional seeds and that in order to focus on this core business we, Monsanto, had withdrawn all applications for the cultivation of new GM crops in Europe. These announcements are all pretty easy to find right here on this blog:

Maybe it would also interest the 13 Socialist MEPs to read that Monsanto is currently investing more than 100 million euros in the expansion of our two seed processing plants in France in order to meet increased demand for our high-quality, conventional (=non-GM) maize and oilseed rape seeds in France and other countries? Or that these seed processing facilities, along with our 9 plant breeding sites in France, all of which work only with non-GM seeds, employ more than 550 people in France.

In case the French MEPs bother to read this memo, here it is again for the record: Monsanto’s business in Europe is more than 99% non-GM. The small business that we still do in Europe with GM seeds and traits is concentrated in Spain and Portugal, where they help farmers reduce waste and pesticide use and produce healthier maize more efficiently, thereby helping make a balanced diet more accessible.

Furthermore, we have no other GM traits in the EU’s regulatory approval pipeline and no plans to submit any new traits for approval for cultivation approval anytime soon.

Personally, we think it’s a pity that European policy makers deny their farmers access to technological innovation that is being embraced everywhere else in the world, but we are happy to serve whatever kinds of seeds our European customers want and are allowed to plant.

Triomphe de la démocratie ou triomphe de la manipulation des esprits?

Cette semaine, le groupe socialiste français du Parlement européen a publié un communiqué de presse avec un titre qui serait drôle s’il n’était pas si tristement déplacé: « La démocratie contre Monsanto».

La raison ostensible pour ce titre accrocheur était un vote à la Commission Environnement du Parlement amendant une proposition par la Commission européenne de modifier les règles concernant les autorisations de cultures génétiquement modifiées (GM) en Europe. La proposition donnerait à chaque état-membre de l’Union européenne (UE) un «permis d’interdire » les cultures GM à l’intérieur de  leurs propres frontières pour une raison quelconque leur venant à l’esprit, même si l’Autorité européenne de sécurité des aliments et d’autres autorités scientifiques ont conclu que la culture en question est parfaitement sûre. Le titre donné par les députés socialistes à leur communiqué laisse entendre  que Monsanto aurait fait un lobbying important pour faciliter la culture des plantes GM en Europe. Ce message a été activement diffusé par plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) au cours des derniers mois. Cela n’en fait pas une réalité pour autant ! Loin de là.

Apparemment, le groupe socialiste français n’a même pas pris la peine de lire n’importe laquelle de nos multiples annonces publiques au cours de l’année écoulée, expliquant que notre activité en Europe se concentre à 99% sur les  semences (ou graines) conventionnelles ou traditionnelles et que, pour se consacrer à cette activité de base, nous, Monsanto, avons retiré toutes nos demandes d’autorisation de cultiver des plantes GM en Europe. Ces annonces sont assez faciles à retrouver ici sur ce blog:

Les 13 députés socialistes français seront peut-être intéressés de lire que Monsanto investit actuellement plus de 100 millions d’euros dans l’expansion de  2 usines de production de semences en France afin de répondre à la demande accrue de semences de qualité, classiques (= non-GM ) de maïs et de colza en France et  dans d’autres pays? Ou bien seront-ils intéressés de savoir que ces 2 installations, ainsi que 9 autres sites d’amélioration génétique des cultures, travaillant uniquement sur des semences non-GM, emploient plus de 550 personnes en France ?

Au cas où les députés français prendraient la peine de lire cette note, nous apportons à nouveau cette information au dossier et la confirmons: Monsanto en Europe c’est plus de 99% de non-GM. La petite activité de semences GM se concentre principalement en Espagne et au Portugal, où nous aidons les agriculteurs à remplacer les insecticides et à produire du maïs sain plus efficacement. En outre, nous n’avons aucun autre trait GM en voie d’autorisation réglementaire dans  l’UE et n’avons aucune intention de présenter de sitôt de nouvelles demandes d’autorisation. Nous sommes très heureux de répondre à une forte demande des agriculteurs et des sociétés civiles pour des semences GM dans d’autres régions du monde – et tout aussi heureux de vendre des semences conventionnelles en Europe tant que l’Europe les préfère aux semences GM.

Personnellement, nous pensons que ce qui est dommage est que les décideurs européens refusent à leurs propres agricultures le choix d’accéder à une innovation largement adoptée partout ailleurs dans le monde, mais nous sommes heureux de répondre à la demande européenne, quel que soit le type de semences demandées.

 

JOIN THE DISCUSSION

Your email address will not be published. Required fields are marked *